De Saigon au Delta

Le sampan lourdement chargé s’éloigne lentement du quai de Rach Bên Nghé, un canal permettant de relier la rivière Saigon au delta. Au temps des Français on l’appelait ÏArroyo chinois.
Tout en tendant une cigarette au capitaine du sampan, Phong, qui passe son bras au-dessus de la barre du navire, je me baisse pour apercevoir au loin l’élégante silhouette des Messageries maritimes. Sans doute l’un des plus beaux édifices coloniaux de Saigon. Construit en 1863 à l’entrée de YArroyo, juste en face de la pointe des Blagueurs, le bâtiment a vu passer les nombreux personnages qui ont marqué l’histoire de Saigon.

Voir plus: demande de visa pour le vietnam | Baie d’halong jonque privée | Circuit Mékong | circuit 7 jours nord vietnam
Garnier a salué le drapeau français qui flottait devant les Messageries lors de son départ en expédition sur le Mékong. Pierre Loti y a fait relâche avant de se rendre à Angkor…
Un matin de décembre 1911, un jeune Viêtnamien d’une vingtaine d’années embarque à bord d’un navire en partance pour l’Europe, amarré devant les Messageries. Il se fait appeler Van Ba. Le jeune cuisinier du La Touche-Tréville aura un destin exceptionnel. On le connaîtra plus tard sous le nom de Nguyên Ai Quoc “Nguyên le patriote” ; c’est sous ce patronyme que la Sûreté indochinoise de Louis Arnoux, le Komintern, et la légende populaire viêtnamienne le désigneront. Le monde entier retiendra son nom de guerre : Hô Chi Minh. Les Messageries maritimes abritent aujourd’hui un Musée du Souvenir consacré à l’oncle Hô, qui retrace la vie du Révolutionnaire.
Le sampan passe maintenant sous le Câu Chu Y, un très curieux pont en “Y” qui enjambe quatre canaux. Au nord du pont s’étend la ville chinoise Cho Lon, le “Grand marché”.
Des communautés originaires de différentes régions de Chine se sont regroupées autour des pagodes, des écoles et des marchés. Les Cantonais, les Hainanais qui détiennent nombre de restaurants et de magasins d’alimentation côtoient les clans du Fou-Kien. Ces derniers contrôlent une large part du commerce du riz, secteur vital entre tous, aussi bien pour les Chinois que pour les Viêtnamiens. Des maisons étroites et sans grâce s’élèvent au-dessus des pilotis. On dit que des fortunes sont amassées, bien cachées derrière les misérables façades des logis des commerçants chinois.
Beaucoup avaient fui après la chute de Saigon en 1975 et constituaient alors le gros des effectifs des “boat people”. Depuis 1986, ceux qui sont rentrés se sont lancés dans les affaires avec prudence d’abord, puis avec frénésie, suite à la levée de l’embargo en 1994. La reprise économique ne se fait pas et ne se fera pas sans eux. Ils sont également les interlocuteurs rêvés pour les Chinois de Singapour, de Thaïlande ou de Hongkong qui veulent investir au Viêtnam.

Sehen Sie mehr: Last Minute Rundreise Vietnam

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*